wpafac2244.png
wp40efa76f.png
wp069c856f.png
wpba0cfa70.png

G.R.E.M.M.O.

wpb4019159.png
LE COMPLEXE FONCTIONNEL DE L’ÉPAULE

DOCTEUR GUY DUPIELLET
Lorsqu’on  aborde la pathologie de l’épaule, il faut toujours envisager non seulement l’articulation gléno-humérale mais l’ensemble fonctionnel au sein duquel elle évolue.

En effet, l’articulation scapulo-humérale (1) est mécaniquement liée à un ensemble de 5 autres articulations.

- la sous deltoïdienne (2) constituée de bourses séreuses qui permettent le glissement de la nappe tendineuse de la coiffe sous la voûte acromio-coracoÏdienne.

 

- la scapulo-thoracique (3) et les mouvements de l’omoplate sur le grill costal.

 

- les 2 articulations que la clavicule contacte avec  l’acromion (4) et le sternum (5). Cette dernière constitue en fait la sterno-costo-claviculaire.

 

- le rachis (6) pour sa participation mécanique aux mouvements du bras.

Pour illustrer ceci, nous reprendrons la description faite par I.A. KAPANDJI
du rythme scapulo-huméral, lors de l’abduction
Nous ne parlerons pas des actions musculaires mais nous  insisterons sur les mouvements articulaires.
wpbaec46af_1b.jpg
Dans la position de repos, bras le long du corps, trochiter et trochin se situent en dehors de la voute ostéo-ligamentaire acromio-coracoïdienne.

Les bourses séreuses qui séparent  celle-ci de la coiffe tendineuse ne subissent aucune pression, le bras est suspendu, maintenu par les ligaments et les muscles qui assurent sa coaptation .
Dans l’abduction de 0° à 90°:

- la tête humérale roule vers le haut à l’intérieur de la glène, tout en glissant légèrement vers le bas.

- En même temps la scapula effectue un mouvement de rotation latérale qui porte l’angle inférieur en dehors et abaisse l’angle supéro médial.

- l’extrémité sternale de la clavicule s’abaisse suivant un trajet oblique en bas et en dehors.

- à 90° la nappe tendineuse s’engage sous la voûte et le trochiter bute contre elle, les bourses séreuses subissent la pression du mouvement.

A ce moment se produit un mouvement automatique de rotation externe qui dégage le trochiter en arrière et permet la poursuite du mouvement.
wp23269eba_1b.jpg

1

2

3

4

5

6

wp60d65e15_1b.jpg
wp46ed6821_1b.jpg
wp49ca00b7_1b.jpg
wpd76494f4_1b.jpg
De 90° à 120°

- la scapula poursuit son mouvement de rotation externe, la glène oblique vers le haut.

- la clavicule effectue un mouvement de rotation vers l’arrière liée à l’infériorisation de la sterno claviculaire et au changement d’orientation spatiale de la scapula. Parallèlement, l’extrémité acromiale recule très légèrement sur l’acromion (arthrodie) tout en s’abaissant (tension des ligaments conoïde et trapézoïde).

- A 120°, le trochiter bute à nouveau contre la voûte: le mouvement gléno-huméral s’arrête.
De 120° à 150°

- Il n’ y a plus de mouvement gléno-huméral.

- On assiste à une majoration de la rotation externe de l’omoplate qui tend à verticaliser l’épine. Cette rotation se termine aux alentours de 150°.

- La rotation postérieure de la clavicule se poursuit jusqu’à l’arrêt du mouvement scapulo-thoracique.
De 150 ° à 180°

Les 30 derniers degrés du mouvement sont possibles grâce au rachis qui effectue une inclinaison dorso-lombaire contro latérale et une inclinaison cervicale homolatérale.

En cas d’abduction bilatérale, le rachis dors-lombaire effectue une extension pendant que le rachis cervicale effectue une flexion.
Ce rythme scapulo-huméral si bien décrit par I.A. KAPANDJI, vient nous rappeler la nécessité absolue de replacer les pathologies de l’épaule dans leur contexte fonctionnel.

Le médecin ostéopathe a plus que tout autre le devoir d’analyser la mobilité de chacune de ces articulations. Une quelconque pathologie claviculaire, dyskinésie scapulaire, dysfonction rachidienne  peut être à l’origine de la bursite (conflit) ou de la tendinite pour laquelle le patient vient nous consulter.

Bien entendu ce complexe doit être intégré dans une analyse posturale globale. Il suffit pour s’en convaincre de constater la faible mobilité gléno-humérale des patients qui présentent une cyphose dorsale ou un enroulement des épaules.

Attention avant de se précipiter sur une pathologie viscérale,
comme on le voit souvent en ostéopathie,
une analyse minutieuse  de cet ensemble fonctionnel s’impose.