wp1c5641b9.png
wp40efa76f.png
wp2eda48df.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp7d060e8d.png
wpd452cb41.png
wp87c5783f.png

La  France est devenue le pays de l’ostéopathie et des ostéopathes...

 

Selon le Registre des Ostéopathes de France au 1er janvier 2012 il y  plus de 17.000 ostéopathes et 68 établissements de formation !!

Les ostéopathes non médecins ont augmenté de 23% sur la seule année dernière.

 

Le chiffre d’affaires annuel des écoles d’ostéopathie est estimé à 60.000.000 euros.  Selon le Nouvel observateur du 9 février 2012, une douzaine d’écoles ont été rachetées par des groupes d’investissement.

 

Les écoles d’ostéopathie sont devenues un business très lucratif mais sont actuellement totalement dépassées par leur succès et inquiètes pour l’avenir des étudiants qu’elles forment. Cet article tiré du site du CEESO  (Centre Européen d’Enseignement Supérieur de l’Ostéopathie l’une de ces multiples écoles) est édifiant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devant ce surnombre, les étudiants en ostéopathie commencent à manifester un peu partout en France.

Ce qui n’empêche pas certaines écoles d’afficher des placards publicitaires dans les couloirs du métro parisien!!

 

Il y a plus d’écoles en France que dans toute l’Europe et la « densité » des ostéopathes par habitant est la plus élevée du monde.

 

Le législateur, les organisations professionnelles de non médecins, les professionnels de santé, les syndicats médicaux sont totalement dépassés: personne ne maîtrise actuellement la situation!

 

Et les patients que deviennent t-ils dans cet extraordinaire désordre ?

 

Les patients doivent savoir qu’existent  3 sortes d’ostéopathes:

 

1 - Les plus nombreux, ceux dont on parle, sont des ostéopathes non professionnels de santé.

 

Ils effectuent des études qui varient selon les écoles entre 3 et 6 ans après y être admis après baccalauréat sans difficulté si l’on en croit l’article ci-dessus.

 

Ils n’ont aucune formation médicale hospitalière. Leur cursus n’a rien à voir avec une profession médicale, c’est la raison pour laquelle ils sont « non professionnels de santé ».

 

Les études leur coûtent chaque année entre 8 et 10.000 euros.

 

2 - Les kiné ostéopathes sont professionnels de santé.

 

En fait 4 années d'études sont nécessaires après le baccalauréat pour être masseur kinésithérapeute.

Elles s'effectuent soit après un concours d'entrée préparé en un an (concours difficile), soit après une année de PCEMK (1ère année de Médecine).

Quelques rares écoles sont gratuites mais la plupart sont privées et payantes (en moyenne 3 à 4000 euros par an).

 

Après avoir validé leurs stages hospitaliers et leurs études de kinésithérapie ils se dirigent vers une école d’ostéopathie où ils doivent effectuer 1225 heures d'enseignements théoriques et pratiques de l'ostéopathie.

 

 

3 - Les médecins ostéopathes.

 

Sont docteurs en médecine.

 

Après le bac, passent un concours très difficile (entre 15 et 18% de reçus) pour entrer en faculté de médecine et suivent des études qui durent entre 9 et 11 années selon les spécialités.  Les stages hospitaliers commencent en 3ème année et le concours de l’internat se passe en fin de 6ème année. Le futur médecin est interne des hôpitaux à partir de la 7ème année durant 3 à 5 ans selon les spécialités.

 

A la suite de quoi, les médecins diplômés s’inscrivent en faculté (publique) de médecine pour y suivre des études d’ostéopathie pendant 2 ans, dans le cadre d’un diplôme inter universitaire de médecine manuelle ostéopathie délivré par 16 facultés de médecine en France.

 

Bien entendu leur formation en ostéopathie est beaucoup plus courte (environ 300 heures) que dans les 2 cas précédents. Ces diplômes inter universitaires sont ponctués de séminaires (non obligatoires) de formation complémentaire. Les médecins qui vont pratiquer l’ostéopathie, dans leur quasi totalité, vont participer à plusieurs de ces séminaires pendant 3 à 4 ans ce qui double pratiquement leur nombre d’heures de formation.

Le GREMMO par exemple propose des séminaires complémentaires sur 3 ans.

 

 

Les enseignants sont tous des médecins ostéopathes expérimentés et pratiquant dans leurs cabinets médicaux l’ostéopathie et parfois à l’hôpital. Ce qui ne les empêche pas d’utiliser toutes les thérapeutiques qui leurs paraissent  nécessaires  et de prescrire tous les examens utiles scanner, IRM etc... Bien entendu les ostéopathes non médecins ne peuvent prescrire.

 

Pour un patient, comment savoir si un ostéopathe est médecin ?

 

 

•  Les pages jaunes annuaire papier comportent une rubrique « Médecine Manuelle Ostéopathie » dans laquelle seuls des médecins peuvent être inscrits.

 

•  Sur Internet lorsque lorsqu’un patient saisit médecins ostéopathes il doit être vigilant car c’est l’activité ostéopathie qui sort: il doit vérifier dans ce cas que sous le nom figure « activité: médecine manuelle ».

 

Le meilleur moyen pour un patient est de consulter, sur internet, les annuaires des syndicats de médecins ostéopathes; chacun propose les noms de ses adhérents, tous médecins:

 

SYNDICAT DE MEDECINE MANUELLE OSTEOPATHIE DE FRANCE

 

OSTEOS DE FRANCE

 

SYNDICAT NATIONAL DES MEDECINS OSTEOPATHES

 

 

•  Sur la plaque, à l’entrée du cabinet , le patient doit pouvoir lire « Docteur ...... »: cela signifie qu’il a bien à faire à un docteur en Médecine.

 

 

Et les médecins nouvellement titulaires d’un D.I.U. de médecine manuelle ostéopathie ?

 

Toutes ces données incitent à réfléchir sur le bien fondé de l’enregistrement du titre « d’ostéopathe » qui est pour le moment un titre unique pour les 3 catégories d’ostéopathes.

 

Hélas, il n’existe pas encore de titre spécifique de médecin ostéopathe.

 

L’un des syndicats de médecins ostéopathes SMMOF oeuvre en ce sens . Il prône, en effet, la création de 3 titres distincts:

- Médecins ostéopathes

- Kiné ostéopathes

- Ostéopathes non professionnels de santé ou ostéopathes exclusifs.

 

Ceci semble une démarche louable en vue de la bonne information des patients.

 

Le médecin ostéopathe doit avant tout déclarer son diplôme au Conseil de l’ordre des médecins, contacter son assurance professionnelle pour l’informer de sa nouvelle activité et se faire inscrire dans la rubrique « Médecine manuelle ostéopathie » des Pages Jaunes.

 

Il ne lui reste plus qu’à utiliser ses mains pour soulager les patients..

 

 

 

Renoncer à ces études est une sérieuse option à envisager en cas de doute.

En effet, avec presque 60 écoles, l'offre dépasse la demande : résultat : tout le monde ou presque est admis en école d'ostéopathie.

En effet, même si un certain nombre d'écoles, dont celles du RGEO (mais il y en a d'autres) assure une sélection réelle et effective (30 à 40% d'admission, chiffres et comptabilité à l'appui), il est à regretter que d'autres établissements soit réduits à accepter un maximum de candidats, probablement pour des raisons économiques inhérentes à la situation actuelle. Au final, pour un candidat à cette filière, la sélection n'existe plus, car ce candidat trouvera toujours une école pour l'accueillir (quitte à être placé en "zone d'attente", comme par exemple une prépa intégrée).

Et ceci est le problème numéro 1 de la profession : non seulement, celle-ci se sature, mais aussi, au rythme de formation actuel : il n'y aura bientôt plus de places pour les nouveaux entrants.

Le CEESO a choisi de rompre un silence coupable et d'inviter la majorité des candidats à renoncer à ces études coûteuses, longues et aujourd'hui aléatoires.

Rappelez-vous que c'est une école qui vous parle et que notre intérêt pourrait être de taire ces faits et profiter comme d'autres de l'engouement pour l'ostéopathie. Mais nous avons une éthique et un sens des responsabilités pour ne pas laisser les choses se faire.

Renoncer à ces études est non seulement salutaire pour les candidats

mais salvateur pour la profession: pensez-y.

Les ostéopathes non médecins ne peuvent, sans autorisation préalable du médecin, manipuler les bébés, le rachis cervical et ne peuvent pratiquer l’ostéopathie viscérale.