wp1c5641b9.png
wp40efa76f.png
wp2eda48df.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp87c5783f.png
wp6320efad.png
wp87c5783f.png
wp7d060e8d.png
wpd452cb41.png
wp87c5783f.png
wp048518d7.png
Ce syndrome qui est mieux connu depuis une quinzaine d'années, représente un motif presque quotidien de consultation.

Selon certaines études, le S.A.D.A.M.  affecterait 10% de la population. 75% de femmes entre 15 et 45 ans avec une moyenne d’environ 30 ans.

Le dysfonctionnement de l'articulation temporo-mandibulaire est à l'origine de douleurs crânio-faciales et cervicales chroniques rebelles aux thérapeutiques traditionnelles.

En réalité, les patients viennent nous consulter pour des douleurs ou des claquements de l'articulation temporo-mandibulaire, soit beaucoup plus fréquemment pour des douleurs crânio cervicales. Dans ce cas la difficulté est de rattacher tous les symptômes décrits à l'étiologie temporo-mandibulaire.

Ceci est tellement vrai que devant toute migraine, céphalée itérative ou cervicalgie chronique du sujet jeune, nous avons pris l'habitude d'interroger sur la présence de douleurs ou de claquements de l'A.T.M.

Habituellement, ces patients ont réalisé un véritable parcours du combattant; ils ont consulté un ORL car ils se plaignent de douleurs d'oreille, de douleurs de sinus, quelquefois même d'acouphénes unilatéraux; ils ont vu un neurologue pour leurs migraines, un dentiste pour leur claquement... Ils ont effectué quelques examens complémentaires, radios, scanner etc... Et le lien entre tous ces troubles n'a pas toujours été fait.

Nous devons savoir faire le diagnostic de cette pathologie afin d'orienter la thérapeutique d'autant que très souvent nous pouvons par un traitement manuel bien conduit soulager tout ou partie des douleurs.


1 - LES DOULEURS

• CRÂNIO-FACIALES sont décrites comme céphalées, migraines, névralgies.

Elles peuvent être orbitaires, rétro-orbitaires, sinusiennes, temporales, auriculaires mais la caractéristique est qu'elles sont presque toujours unilatérales et du côté de la dysfonction. Elles sont indépendantes de la mastication et ont un caractère permanent et chronique avec néanmoins des épisodes paroxystiques.

• CERVICALES ET SCAPULAIRES

Irradiant le long des trapèzes, sterno-cleido-mastoïdiens, scalénes. Quelquefois les patients décrivent des brachialgies  avec paresthésies diffuses, non systématisées,  des membres supérieurs et des doigts. Là encore, le plus souvent ces douleurs sont unilatérales et toujours du même côté.

Ces douleurs crânio-faciales et cervico-scapulaires sont liées au réflexe trigémino-nuccal et aux interconnexions entre le noyau spinal du V avec les 3 premiers nerfs cervicaux. Souvenons nous que le trijumeau est le nerf sensitif de la face mais aussi le nerf moteur (et évidemment sensitif) des articulations temporo-mandibulaires.

• DE L'A.T.M.

Typiquement localisées au niveau de l’articulation ou dans l’oreille, elles sont chroniques mais caractérisées par des variations d’intensité, se produisant chaque jour ou plusieurs fois par semaine lors de la mastication surtout, mais parfois lors des bâillements, éternuements. Le froid, l’humidité et bien sur les parafonctions (bruxomanie, clenching) les aggrave ou les déclenche. Une douleur permanente sans variation n’est pas un signe de dysfonction de l’ATM.

• DE L'OREILLE

Simulant des otites unilatérales mais avec un examen ORL normal.

Douleurs de l'ATM et d'oreille sont liées à l’excitation des terminaisons libres situées dans la zone pré-discale mais surtout rétro-discale.

Nous insisterons sur le caractère unilatéral de ces douleurs +++

2 - LES CLAQUEMENTS

Si les douleurs sont toujours présentes, les claquements n'affectent qu'un patient sur 2. Comme nous l'avons vu dans un autre article, ils correspondent le plus souvent à une désunion condylo-discale.

Ce sont généralement  des claquements d'ouverture qui s'accompagnent d'un bruit audible et d'une ouverture buccale dite en baïonnette.

Dans certains cas le claquement se produit aussi pendant la fermeture.

Rappelons nous que plus le claquement est tardif, plus le déplacement discal est important.

Le plus souvent unilatéral, il arrive que les 2 articulations soient affectées.


Attention beaucoup de patients qui ont un claquement d'ouverture n'ont pas forcément de douleurs et donc pas de S.A.D.A.M.

3 - LES LIMITATIONS D'OUVERTURE

Un certain nombre de ces patients se plaignent de difficultés à ouvrir convenablement la bouche. Ils ont des douleurs lors d'ouvertures de grande amplitude ou de serrages mandibulaires appuyés.

Généralement ils n'ont pas de claquement mais souvent déclarent en avoir eu dans le passé.

L'amplitude d'ouverture est habituellement inférieure à 3 centimètres.

Rappelons qu'une ouverture normale est de l'ordre de 4,5 cms et permet de passer 3 doigts superposés (index-majeur-annulaire).

4 - AUTRES SYMPTÔMES

Peuvent également se rencontrer des acouphénes unilatéraux, intermittents, des sensations de vision trouble, de photophopie,  un larmoiement, des glossodynies, des paresthésies pharyngées.

Tous ces symptômes sont évidemment difficiles à rattacher à l'étiologie temporo-mandibulaire.




Le diagnostic établi, restons prudents.

Avant de préconiser des traitements d'orthodontie ou de stomatologie quelquefois lourds et invasifs, parfois onéreux, essayons un  traitement mécanique, manuel, simple.

Comme toujours en ostéopathie, la finalité est de tenter de rétablir un fonctionnement convenable, dans certains cas nous aurons la surprise d'avoir bien amélioré les douleurs de nos patients.

En effet quelle différence y a t-il entre un bruxomane avec SADAM et un bruxomane sans SADAM ?

Quelle différence entre une classe II avec SADAM et une classe II sans SADAM ?




Un événement intercurrent en est très souvent la cause :
traumatisme, extraction dentaire, chirurgie, traitement orthodontique.

L'équilibre a été rompu, il s'agit seulement de tenter de le retrouver.


wpac7f22d5.png
wpd1c806b9.png
wpbad4b8fb.png
wpba622cac_1b.jpg